Archives pour la catégorie textes

A nos colons
narcisse
glisse son collant
dans l’eau
et se tire du chemin.

Ce voile d’avant
la condition sous clef
entre guillemets
obscurcis
serre des dents
l’after.

Parmi les gestes
et les masques
transparents
en réhab

la dose œuvrée
aux si longs cils
des feuillus.

Être sans soudure
en excès libre
l’habileté du vent
façonnant
les chutes plastiques.

Patrimoine immunitaire de l’humanité
première rencontre avec un militaire
les bureaux de tabac sont ouverts
au journal des illuminés.

Silence anonyme
même d’or
en contact drastique
avec l’établi.

Les gens fusent en fond d’écran,
comme les poissons se dispensent de tendons,
comme des chevaux à l’embauche des tuiles
lissent la limite du gaz,
comme le clivage fait l’unanimité,
comme un camion sans personne
dans les rues de Cleveland.

___________________________

Allez-vous faire valider,
remuant des secrets
plus petits que le sens,
dont l’alvéole ne connait pas la penderie,
dos à la pluie, réduits à l’œil nu,
à genoux !
je n’ai pas de genoux.

___________________________

l’œil alarmé
que l’aimant rattrape d’un clou
sur la feuille
salive
sans savoir
le violon sous l’eau qu’on soulève.

Soleil
police des matériaux
du bitume des capsules et des œufs
des premiers pas sur l’homme
ombragiste du genou
entre les alluvions
des corridors

Ma mère est un cratère
Une liste de courses abandonnée
Un bonbon imbibé de stupeur
Une ligne circulaire ramassant la poussière

61 églises de chaises à mille trous
d’armoires à faire froidir le clan complexe des images
tiédissent dans l’embrasure du réchauffement
Rien n’avale le fer d’hier à aujourd’hui
que le moins-disant terrien.